Merci de votre visite

Ce blog est destiné recevoir des articles au fur et à mesure de leur écriture.

J'ai aussi un site ici que je destine à des articles non directement liés à l'actualité et où je peux présenter les choses plus librement. Ce site est en démarrage et donc peu fourni.


dimanche 9 septembre 2018

La Camargue sauvage à vélo par la digue à la mer: l'ivresse des grands espaces

Le tour de l'étang de la Réserve de Camargue est un projet qui traîne depuis longtemps dans nos cartons. Pour envisager cette boucle, le minimum est une météo avec beau temps et sans vent fort. L'idéal étant qu'il fasse suffisamment chaud pour pouvoir se baigner mais pas trop pour ne pas subir le cagnard dans ce paysage sans ombre.
Phare de la Gacholle, point information de la réserve naturelle et aire de pique-nique
Toutes ces conditions étaient réunies hier. Ça tombait bien, nous n'avions rien au programme de ce samedi.
Donc partis le matin de la maison, nous étions prêts sur les vélos à 11 h après nous être garés aux Saintes.
Le projet était de faire la boucle autour de la réserve naturelle, soit 65 km de chemins et de route au plus près de l'étang de Vaccarès. Autant le dire tout de suite, nous avons modifié notre objectif en cours de route tant il était agréable de prendre notre temps. Vous comprendrez en continuant la suite.

N'ayant jamais roulé sur la digue à la mer et compte tenu du trait plein noir sur la carte TOP 100 IGN qui signifie normalement du chemin à peine carrossable, je conseillais fortement à Catherine de prendre son VTC. Pas de côtes donc pas de soucis de poids. Autre avantage, la taille des pneus permettrait de rouler sur la plage, sur le sable mouillé, le cas échéant. Et la fourche télescopique devraient lui apporter une meilleure absorption des secousses sur les sections défoncées.
La convaincre ne fut pas aisé tant les pneus Compass dont son Lapierrre est chaussé depuis cet été sont confortables. Elle pensait que ce dernier, avec son guidon aux angles marqués aux poignées, lui conférerait une position beaucoup plus confortable que celle imposée par le cintre plat du VTC. Il est vrai que le parcours emprunte quand même majoritairement de la route goudronnée. Elle suivit néanmoins mon conseil et le Lapierre est resté dans la voiture.

Donc nous voici partis sur la digue à la mer, cette construction de la fin du 19ème réalisée pour isoler les étangs de la mer.
Nous avons été tout de suite surpris par la qualité du revêtement – du beau stabilisé – dès les premiers kilomètres et sur la presque totalité de la section jusqu'au phare de la Gacholle. Seules quelques congères de sable très localisées nous ont forcés à mettre pied à terre. Sur 100m en tout au maximum. Voilà qui me mettait un peu mal à l'aise car je savais ce que Catherine se disait dans sa tête: son vélo Lapierre lui manquait. La beauté des paysages et le temps splendide rendaient cette question de vélos tout à fait secondaire. Nous en profitions à plein.
A vélo sur la digue à la mer
Après 13 km, nous arrivons au au phare de la Gacholle où nous nous arrêtons pour visiter la petite expo sur la réserve et l'histoire du phare. Nous décidons d'y manger notre pique-nique compte tenu de l'aménagement d'un espace propice à cela avec tables ombragées. Le point info est tenu par des bénévoles de la Société Nationale de Protection de la Nature, une vieille dame en perte de vitesse sur le terrain des associations de protection de la nature, qui a la responsabilité de gérer la réserve Nationale de Camargue.
Nous repartons en direction de la place de Beauduc. Les paysages sont splendides, très sauvages. Il y a peu de monde.
Nos vélos à gros pneus pour rouler sur les chemins et la plage

Phare de la Gacholle
Arrivés sur la plage immense et déserte, c'est le pied intégral. On se croirait à la plage de Port Stephens au Australie!

La mer est chaude, pas de vent. La baignade divine. Les vélos, eux, restent sagement sur la grève...
Seuls au monde...

Immense plage déserte de Beauduc

A la recherche de bois flotté
Après avoir passé du temps à en profiter, tout simplement, à flâner pour glaner quelques bois de flottage, nous repartons en roulant sur la plage. C'est hyper agréable et le vélo de route en pneus de 28 ne manque plus à Catherine!
On roule sur la plage vers Beauduc

Étangs asséchés typiques de la Camargue en fin d'été

Heureux de cette superbe balade à vélo
A Beauduc on retrouve un peu plus de monde car on peut accéder en voiture (et camping car). Cet endroit est très particulier. Il y a des caravanes éparpillées un peu partout (à bonne distance les unes des autres car le moins qu'on puisse dire c'est qu'il y a de l'espace). Tout cela confère au lieu un côté bohème flagrant. On dirait que des habitués sont installés là quasi à demeure l'été tout du moins, qu'ils soient pêcheurs, kiteurs ou véli-planchistes.
On ne s'attarde pas car il nous faut repartir vers les Saintes. Nous roulons désormais sur des chemins de terre entre les étangs. Les flaques d'eau sont énormes. Les débris de spoiler indiquent que la voiture légère est acceptée, mais à faible vitesse: je roule plus vite à vélo qu'elles.
Les contre-forts des Cévennes se laissent deviner


L'itinéraire de retour se faufille entre les étangs avant de nous faire repasser par le phare de la Gacholle où nous ferons l'arrêt goûter. Un petit vent s'est levé depuis Beauduc, que nous avons maintenant de face, mais rien de méchant. Seul petit contre-temps, une crevaison avec mes Michelin Country Rock. Une petite entaille de rien du tout est allée inciser la le pneu puis la chambre sur 2 mm. Méfiance sur ces pneus par ailleurs agréables et polyvalents car je ne suis pas passé dans des terrains a priori menaçants.
Le phare de la Gacholle en fin d'après-midi
Nous serons de retour à la voiture à 18h00, après seulement 42 km mais une super journée à rouler bien cool et se faire plaisir. Y'a pas à dire, moi qui n'aime pas la plage, dans ces conditions, ça n'a rien à voir. Le vélo est l'instrument idéal pour découvrir et profiter de ces grands espaces. La marche serait trop monotone et épuisante car les distances sont grandes. Par contre, les moyennes sont très basses tant les paysages sont beaux et les arrêts fréquents. Il aurait été dommage de nous entêter sur le projet initial avec des conditions idéales pour profiter de la plage comme c'est vraiment rare de pouvoir le faire en France.

L'album des photos est visible ici.

Conseils et infos sortie:

Temps de voiture pour aller au point de départ: 55 mn depuis Montpellier;
Distance: 42 km
Vélo conseillé: VTC ou VTT (vélo de route avec pneus de 28mm OK sur la digue à la mer)
Condition physique requise: correcte. Aucune difficulté mais trajet assez long pour les débutants.

Précautions:
  • emporter suffisamment d'eau car hormis l'achat de bouteilles possible au phare de la Gacholle pour dépannage, il n'y a pas d'eau sur ce circuit
  • éviter de planifier cette balade par vent soutenu du S-O au N-O car les vagues rendraient le roulage sur la plage plus difficile. Eviter aussi les jours de Mistral fort assez fréquents
  • éviter de partir après de grosses pluies car les chemins de terre seraient alors trop boueux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire