Merci de votre visite

Ce blog est destiné recevoir des articles au fur et à mesure de leur écriture.

J'ai aussi un site ici que je destine à des articles non directement liés à l'actualité et où je peux présenter les choses plus librement. Ce site est en démarrage et donc peu fourni.


lundi 21 mai 2018

3 jours dans l'Aude: 3ème et dernière étape


J’avais mis le réveil par sécurité à 6h30 car nous avions décidé de partir plus tôt ce matin. Pure précaution car je suis réveillé avant qu’il sonne, comme d’hab. Le démontage de la tente est rapide: pas d’humidité à gérer en dormant sur une dalle de béton avec un toit!
Notre tente était “plantée” à 5 m de la route mais nous n’avons pas vu ni entendu une seule voiture pendant la nuit ni même ce matin.
Vers 8h15 les vélos sont chargés, les bidons remplis: c’est le départ. Nous ne sommes qu’à 2 ou 3 km du premier col du jour, le col de Valmigère (705m).
Nous y sommes accueillis par des génisses fort curieuses et photogéniques qui semblent se bousculer pour être sur la photo.

dimanche 20 mai 2018

3 jours en cyclo-camping dans l'Aude - étape 2


Lorsque peu avant 17 h, j’ai senti les premières gouttes sur mes avants-bras, je n’étais pas vraiment surpris. Les gros nuages s’amoncelaient depuis au moins une heure sur la montagne et particulièrement vers le Sud, notre cap général sur cette journée. Le lavoir couvert de Valmigère, village dans lequel nous entrions, tombait à pic pour nous nous mettre à l’abri le temps de nous couvrir, nous et nos sacoches non étanches.

Enfin, c'est ce qu'on se disait…

samedi 19 mai 2018

3 jours en cyclo-camping dans l'Aude - Etape 1

Ce week-end de Pentecôte a été l’occasion de partir en mode cyclo-camping dans l’Aude, une destination proche de chez nous (1 h de voiture) que nous souhaitions découvrir depuis plusieurs années.

J’avais conçu ce tour l’année dernière avec un point de départ à Lézigan, petite ville entre Narbonne et Carcassonne. L’idée était de raccourcir l’étape “montante” d’une quinzaine de km en prenant un TER pendant 1/4 h. L’arrivée était fixée à Rivesaltes (non loin de Perpignan), pour un retour le lundi en fin de journée en TER à la voiture laissée proche de la gare de Narbonne.

L’envie derrière ce projet était de découvrir ce que le département nous vend comme le « pays cathare ». Je voulais aussi passer par une minuscule abbaye de sœurs cistercienne à Rieunette, un monastère perdu dans la nature. Comme c’est la fête de la Pentecôte, nous pourrions y planter notre tente, assister à l’office de 10h00 et continuer vers le Sud par Arques et son château puis, le lendemain, découvrir les réputées gorges du Galamus et les vestiges de quelques-uns des châteaux dits « cathares » les plus célèbres. Nous prévoyons de dormir en camping sauvage avec une étape pour la seconde nuit près de Bugarach.

Mais compte tenu de la grève SNCF, il a fallu abandonner le départ à Lézignan et rallonger en démarrant à vélo de Narbonne (carte en grand ici).
Carte

mardi 8 mai 2018

Vélo-randonnée des villages templiers et hospitaliers du Larzac

Un an après avoir roulé avec Phil, nous nous retrouvions à nouveau sur le causse du Larzac pour une vélo-randonnée.
Il m’a proposé un super itinéraire sur le flanc Ouest du causse, en territoire aveyronnais, sur le thème des villages templiers et hospitaliers (en savoir plus). Ça tombait parfaitement car chaque fois que je passais sur le Larzac, je voyais le panneau 'Sainte-Eulalie de Cernon" et je me disais qu’il me faudrait venir rouler dans le coin.
Phil est un guide extra car il connait non seulement les routes vraiment sympa d’un point de vue vélo, mais il connait tant de choses sur sa région qu’on en apprend à chaque kilomètre.
Autre sujet fil rouge: le ferroviaire que Phil connait encore mieux! Passionnant. Du coup, les moyennes tombent. Mais c’est pas grave (même si ça m’a coûté finalement de belles petites routes sympas. Bah, ça va me donner un bon prétexte pour revenir.

jeudi 3 mai 2018

Un vélo de route capable de rouler sur chemins: une évidence pour le vrai cyclotouriste. Mais avec quel vélo?

(Si la France et la plupart des pays voisins européens sont des paradis pour cyclotouristes et des randonneurs, c'est en grande partie grâce à un extraordinaire réseau de petites routes et de chemins qui permettent de parcourir le territoire sans devoir emprunter des routes passantes et dangereuses. Grâce à ces réseaux, on peut découvrir des paysages grandioses, des villages et hameaux pittoresques, humer les odeurs d'une nature préservée et variée.
Route forestière reliant le Col de l'Homme Mort au Col de la Barrière sur le Lingas (30)
Paradoxalement, une grande portion de ces routes est peu empruntée par les cyclos modernes roulant sur des vélos dérivés des modèles compétition. Ceux-ci, les yeux rivés sur les compteurs et autres capteurs de puissance, rechignent à emprunter ces routes moins bien revêtues voire non goudronnées et moins rapides. On voit finalement plus de cyclistes sur des départementales "jaunes" que sur les routes "blanches", les plus petites. Celles-là ne sont pas optimisées pour ces cyclistes en recherche de moyennes flatteuses.

Mais le  cyclotouriste dont la pratique est orientée vers la découverte plus que la performance a-t-il vraiment le choix? Le vélo qu'il s'est acheté chez son vélociste du coin lui permet-il de rouler sur toutes surfaces?