Merci de votre visite

Ce blog est destiné recevoir des articles au fur et à mesure de leur écriture.

J'ai aussi un site ici que je destine à des articles non directement liés à l'actualité et où je peux présenter les choses plus librement. Ce site est en démarrage et donc peu fourni.


21 mai 2018

3 jours dans l'Aude: 3ème et dernière étape


J’avais mis le réveil par sécurité à 6h30 car nous avions décidé de partir plus tôt ce matin. Pure précaution car je suis réveillé avant qu’il sonne, comme d’hab. Le démontage de la tente est rapide: pas d’humidité à gérer en dormant sur une dalle de béton avec un toit!
Notre tente était “plantée” à 5 m de la route mais nous n’avons pas vu ni entendu une seule voiture pendant la nuit ni même ce matin.
Vers 8h15 les vélos sont chargés, les bidons remplis: c’est le départ. Nous ne sommes qu’à 2 ou 3 km du premier col du jour, le col de Valmigère (705m).
Nous y sommes accueillis par des génisses fort curieuses et photogéniques qui semblent se bousculer pour être sur la photo.
La vue du col est splendide. C’est un balcon tourné face à la chaîne orientale des Pyrénées. Quelle bonne idée nous avons eue de nous arrêter à Valmigère pour l’étape! Si nous avions continué sous l’orage, hier, nous n’aurions rien vu!
Tout à gauche, bien que peu visible, le Canigou se révèle dans la brume grâce à la blancheur de ses flancs enneigés. Pile en face, c’est le Pic de Bugarach, rendu célèbre en 2012 par les fêlés qui comptaient s’y réfugier pour échapper à la fin du monde. Il a une forme reconnaissable de loin! A droite, les montagnes enneigées du Pic de Madrès, sommet du département de l’Aude annoncent le Capcir et les Pyrénées ariégoises, elles aussi enneigées, qui les jouxtent.
Après quelques kilomètres de descente, nous prenons à gauche vers l’Est et abandonnons notre itinéraire prévu au départ. Nous avons décidé de rentrer à Narbonne par la haute vallée de l’Orbieu et en faisant le détour par Termes et son château célèbre.
Nous roulons à présent sur une petite route en balcon qui serpente à flanc de montagne et nous apporte de multiples points de vue. Seuls les chants des oiseaux égaient le calme ambiant. Les fleurs des champs rivalisent de coquetterie pour y ajouter le plaisir des yeux (et moins des narines de Catherine, allergique aux pollens de graminées). Je scrute les détails du paysage que j’ai imaginé pendant des heures sur les cartes topographiques lors de la préparation de cette randonnée, à la recherche du meilleur itinéraire et d’un lieu pour bivouaquer. J’adore cette superposition de ce que mes yeux voient “en vrai” avec ce que mon cerveau a composé comme image 3D “virtuelle” dans ma mémoire.
Tenté par le détour par le col de l’Homme Mort, à 2 petits kilomètres, que le chasseur de col qui sommeille en moi me pousse à aller gravir, je ne succomberai pas. Non, la journée est assez longue comme cela. On reviendra dans l’Aude un jour, c’est sûr.
Un kilomètre plus loin, au carrefour sous le village de Bouisse, nous discutons l’itinéraire. A droite, le descente directe mais plus longue par les gorges de l’Orbieu que j’ai bien envie de voir. A gauche, chemin plus court (mais encore un peu de montée) par Bouisse mais qui risquait de nous faire rater ce que la carte indique comme la partie la plus étroite des gorges et qui me semble la plus intéressante. Nous prenons à droite. La descente est longue, roulante mais pas trop. Nous n’avons toujours pas vu de voiture ce matin et ça devient dangereux. On s’habitue à rouler comme si il n’y en aurait jamais. Nous en croisons finalement une dans une portion rectiligne. Le conducteur, un local, ne s’attendait pas à nous croiser non plus. Je repense aux virages sans visibilité de cette route étroite, ...
Les gorges de l’Orbieu sont tranquilles et belles mais ça n’est pas aussi encaissé que je l’imaginais.
C’est à l’automne que ça doit être magnifique, avec les arbres aux feuilles flamboyantes. En levant les yeux nous repérons les virages de la route de Bouisse que nous aurions pu choisir: elle doit être très belle aussi car elle arrive par le haut et doit offrir de très beaux points de vue.
Après 13 km le long de l’Orbieu nous quittons la D212 après un élargissement de la rivière en direction de Termes. Le château apparaît subitement, perché sur son sommet. Premier commentaire: on espère qu’il ne faut pas grimper là-haut!
Non, le château médiéval est construit à l’écart du village, 120 m au dessus. La route se met néanmoins à grimper sec. Mais le paysage est très beau. Elle s’engage par une série de tunnels dans les gorges du Terminet, constituées d’une suite de chutes d’eau et de cascades réputées pour le canyoning. Pause photos et barres énergétiques.
Hommage aux hommes qui ont cassé le cailloux pour ouvrir cette route en 1903 : merci à eux! Un couple de cyclos, les premiers de la journée, débouche du tunnel “tous feux éteints”.
Le village de Termes est très mignon et accueillant.
Je suis sûr que la visite du château est intéressante mais compte tenu de l’heure, nous ferons l’impasse. Nous ne visiterons que l’église paroissiale romane. Près de la rivière des volontaires s’affairent pour préparer le lieu pour le pique-nique festif du village. La mairie semble très dynamique, malgré la taille microscopique de cette commune: des robinets, des sanitaires bien équipés et propres, un espace pour pique-niquer dans l’herbe, en bord du torrent où les truites fario ne se cachent pas. Franchement, ce serait le lieu idéal pour la pause déjeuner (il y a aussi un tout nouveau petit restaurant dans la rue principale) mais compte tenu de la grimpette qui nous attend, on préfère continuer avant de casser la croûte. Nous ne regrettons pas le crochet par Termes. Le chasseur de col, lui, sera récompensé de 3 nouvelles coches en 6 km.
Au col de Bedos, nous rejoignons la D613, route nettement plus large que ce que nous empruntons d’habitude, mais presqu’aussi déserte que les autres. Elle nous permet de descendre sans toucher aux freins jusqu’à Félines-Termenès où nous nous arrêtons pour casser la croûte, ce que nous faisons au beau milieu du village assis sur un banc ombragé. Nous ne nous attardons pas: il n’y a pas le moindre café dans ce village. Pour cela nous devons poursuivre jusqu’à Villerouge-Termenès, beaucoup plus intéressante, ce qui me permettra de cocher un col très insignifiant mais néanmoins recevable pour la confrérie. Je ne m’arrêterai même pas pour une photo.
Villerouge-Termenès est par contre un village doté d’un très beau château médiéval dit “cathare”.
Nous trouvons facilement un café, parfaitement situé en face de ce château, sur la place de la mairie. Le lieu est sympathique, où touristes comme autochtones se retrouvent pour un verre ou un repas.
Hélas, nous ne pourrons pas plus prendre le temps de visiter ce château que celui de Termes. Nous déplions la carte sur la table du café pour trancher le dernier arbitrage possible sur le moyen de rejoindre notre voiture à Narbonne. Nous pouvons continuer sur cette très roulante D613 en direction de Saint Laurent de la Cabrerisse, l’”autoroute de la mer” comme la surnommait Didier hier. Pas emballant. Nous retenons une autre solution: partir vers l’Est (la Méditerranée) par une route blanche à travers le massif des Corbières. C’est plus long mais le relief devrait être plus relax, paradoxalement. En effet, un col tout proche et “plat” tient lieu de seuil au-delà duquel nous basculerons en mode descente jusqu’à la plaine littorale car nous pourrons suivre des routes qui longent les cours d’eau.
La reprise après la pause café dans la chaleur est un peu poussive mais le calme et la beauté des paysages sauvages nous enthousiasment. Depuis Termes et le col de Bedos, ils sont devenus plus méditerranéen. En descendant sur Albas, les forêts de chênes et une végétation de garrigue s’étendent à perte de vue, sans aucune ferme ni village visibles. Dans ce splendide vallon, la vigne prend petit à petit place. On se régale, ravi de ce choix d’itinéraire.
A Albas, la route fait un coude dans un vallon creusé par la rivière qui se faufile à l’extrémité d’une splendide synclinal.
La descente continue dans la gorge par une route encore étroite pour quelques kilomètres avant que nous rejoignions à Villeneuve une route bien plus large. Arrêt à Durban-Corbières pour un coca cola aux glaçons (que je ne confond pas) puis poursuite sur une route de plus en plus chargée en voitures. Catherine est en général assez réticente mais là, compte tenu du vent de face et de la circulation, elle se met dans ma roue. Nous roulons vite (pour nous; environ 28 km/h), car nous voulons sortir au plus vite de cette zone d’une dizaine de km très chargée, fin du week-end de la Pentecôte oblige. Arrivés à Portel, juste avant de rejoindre la N9, nous pouvons enfin prendre la tangente sur une route agricole qui nous amène tranquillement à Peyriac-de-Mer au bord de l’étang. Le paysage a changé très vite. Après le relief quelques fois encaissé des Corbières, nous sommes désormais dans le paysage plat du littoral et des anciennes salines.
e>
C’est très joli mais contrairement au reste du week-end, nous devons nous réhabituer au monde, aux gros (pseudo) 4x4 qui doublent même quand il n’y a pas la place de le faire, etc.
A Bages, la cathédrale de Narbonne se découvre. On y est presque. C’est du moins ce qu’on se dit.
La dernière heure sera une calamité. Un gâchis innommable. Narbonne, que nous avions quittée par un joli itinéraire cyclable par l’Ouest, est en réalité l’archétype de la ville du Sud. Des assassins de cyclos qui n’imaginent pas qu’on puisse se déplacer au quotidien autrement qu’en voiture!
Nous arrivons de Bages par une petite route absolument charmante et plate, un lieu rêvé pour la découverte du vélo.
Mais la SEULE possibilité pour rejoindre le centre est de circuler sur la bande d’arrêt d’urgence de la N9, la route de l’Espagne.
Avant les gros travaux sur l’échangeur A9/A31, il était possible de passer mais depuis, ça ne l’est plus. Conséquence, il est impossible aux voyageurs et aux narbonnais de sortir par le sud de la ville sans risquer leur peau. Je sais bien qu’il existe une piste cyclable en site propre pour rejoindre Port-la-Nouvelle directement. La boucle avec un départ d’un côté de l’étang puis le retour par l’autre serait donc une évidence. Mais non. Rien de rien. Espérons qu’ils remédient à cela au plus vite.
Le reste de la ville est à l’avenant. A cause de l’échangeur ferroviaire qui est situé en pleine ville, on doit passer par le centre ou contourner par une sorte de périph voie rapide. Les ponts routiers intramuros n’ont pas la moindre place pour les vélos; obligé de rouler sur un trottoir très étroit ou dans un flot de conducteurs impatients.
Nous retrouvons notre voiture après un enfer de 45 minutes environ à rouler en essayant d’éviter les grandes artères tellement hostiles. La clé Allen de 8 est remise à son propriétaire sympathique puis nous repartons chez nous. Il est environ 19 h.

Conclusion et retour d’expérience.

Les Corbières et la Haute vallée de l’Aude sont un paradis pour les cyclos autant que Narbonne est l’enfer pour eux. La richesse en routes bucoliques, sites historiques, monuments etc. est incroyable. La population très accueillante. Tout cyclo se doit d’aller y rouler un jour. Il est très possible de combiner des circuits avec l’Ariège et les Pyrénées Orientales, voire avec une section du canal du Midi et la Montagne Noire si on a du temps.

Se loger

On n’est pas obligé de dormir sous tente: les gîtes et chambres d’hôtes sont légion. Il est très possible de louer un gîte une semaine et de rayonner autour et donc ne pas choisir l’itinérance.
Les campings, par contre, sont relativement peu nombreux. Le camping sauvage ne pose aucun problème. Planter sa tente chez les sœurs à Ste Marie de Rieunette est possible pour une nuit sans problème à condition de s’intéresser un minimum à la démarche monastique (elles ne sont pas inscrites sur warmshowers).

Distances, accès

La grève SNCF nous a forcés à revoir le projet en allongeant les distances. Mais même sans cela, le périple prévu était basé sur des étapes trop longues compte tenu des nombreuses opportunités de visites.
Narbonne, bien qu’hostile aux cyclos, est un point d’accès facile en TGV. Pour le TER ou l’accès routier, d’autres choix plus judicieux sont possibles.

Meilleure périodes

Le printemps et l’automne sont préférables. L’été, il peut y faire très chaud. Néanmoins l’altitude moyenne permet le rafraîchissement la nuit. Donc ceux qui ne craignent pas la chaleur peuvent quand même y aller l’été (beaucoup plus de monde sur les routes, évidemment). Baignade en rivière à mon avis très agréable l’été. Attention, région méditerranéenne. Les phénomènes méditerranéens peuvent être violents et dangereux en fin d’été et en automne. En tenir compte si camping sauvage.

Vélos, divers

Question vélos, tout était (presque) parfait (allusion au serrage de mon câble de vitesses). La préparation terminée la veille tard le soir n’est pas recommandée.
La condition physique. C’est vrai, il faut avoir roulé en terrain semi-montagneux pour en profiter. Ça se fait très bien mais il vaut mieux avoir découvert avant de se pointer là-bas.
C’est idiot mais on a découvert le lait en poudre. Bien plus pratique que d’acheter et transporter les bidons de 1/4 de l de lait comme on faisait avant!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire